LA CONSIGNE

Le titre de l’ouvrage parle peu. Sur la couverture grise  un dessin orange: plissé?  bouquet? fleur? Une énigme, mais aussi une clé. Pour comprendre la philosophie de l’ouvrage, et pour l’appliquer à soi .

Qui n’a pas, un jour, bien avant cette pléthore de volumes de dessins tout faits, imprimés en noir et blancs, crayonné sur un coin de page, dans une marge, à la volée, un signe, une esquisse? Il y a eu le jeu naïf du crayon qui jette sur le papier un trait, un trait qui dérape, appelle un autre trait, échappe au diktat de la représentation, un petit signe qui a d’abord un sens en lui-même, et qui se moque de ressembler ou de copier un quelconque réel.

La Consigne livre 50 pages de dessins, 50 pages de photos, 116 pages pour découvrir la création à l’état le plus primitif, dans sa version la plus immédiate. Des pages où des artistes livrent des croquis en noir et blanc le plus souvent, sur des pages de carnet. Pas d’agencement sophistiqué, c’est une expression brute, une création qui se donne à voir. Les successions de croquis s’imposent, imparfaits, maladroits, sans prétention, mais authentiques dans leurs imperfections, et futurs objets d’art.

De fait, ici, point d’objet au design tapageur, point de marques grandiloquentes.  Les dessins prennent le pas sur l’objet final présenté en miroir sur la page de gauche. Ils guident vers un processus créatif, loin, bien loin de la théâtralité d’un design infatué de lui-même. Bijoutier, lumigraphe, couturier, muraliste, céramiste, laqueur ,dinandier, sculpteur, doreur ornementiste, dominotier …  Les nombreuses et différentes facettes de l’artisanat d’art se dévoilent.

Tout commence par un trait, qui peut rester sobre et produire un siège, ou bien se développer, se croiser à un autre trait, se complexifier et produire une broche, un luminaire ou une sculpture baroque. Chaque page recto livre des dessins , des dessins-signes. Sur la page d’en face chaque créateur explique sa démarche. Des mots simples qui dialoguent avec les croquis. Et, en dessous, une rapide biographie. Et dans cette succession de styles aussi divers, chacun découvre la consigne, un encouragement à poser soi-même ses idées, ses signes, à retrouver sa propre capacité à créer, ce que Christian Jacob, résume par cette formule « Penser avec les mains, manier la pensée ».
Dominique Grimardia

La consigne, La consigne, les dessins des métiers d’art, Les Editions Ateliers d’Art de France, 116 pages.

Continuer la lecture de LA CONSIGNE

Michel-Ange sous le bras. Pas en poche, en B.D

Michel-Ange…..en BD! Impossible, décalé, facile, accrocheur.
Dans le cas de ce livre tous les adjectifs peuvent s’appliquer. Il est des associations audacieuses, mais aucune ne résumera l’ambition de ce livre.

Michel-Ange est une B.D. Le sujet: Tout Michel-Ange in extenso. Telle est en effet l’ambition de ce livre hors normes. Continuer la lecture de Michel-Ange sous le bras. Pas en poche, en B.D

LE POP ART, UN ART PAS SI POP

Imaginons une société de l’abondance qui déverse pêle-mêle ses images et ses mythes dans un joyeux désordre. Avec enthousiasme ale monde anglo-saxon des années 5O entasse, dans son caddy de consommateur fou, Marylin, du potage Campbell, des B.D., des bêtes empaillées et de fameuses bouteilles. C’est le temps des jours heureux et de la récréation.
D’une certaine manière rien depuis les premières expositions des impressionnistes n’avait suscité un tel impact sur l’art que les premières expositions du pop Art à la fin des années cinquante. Cette vision est devenue un phénomène caractérisé par le fait que les artistes comme Roy Lichenstein, David Hockney, Continuer la lecture de LE POP ART, UN ART PAS SI POP

Plus long le chat dans la brume

Plus long le chat dans la brume , Journal d’une monteuse: un livre sur le cinéma, pas vraiment! Un livre d’illustration, pas plus! Un monologue, absolument pas! Un essai alors, pas vraiment. Un livre sur le cinéma, oui et non. Un recueil de poésie… peut être.
Voilà en quelque sorte ce qui caractérise le livre d’Emmanuelle Jay, au titre surprenant  Plus long le chat dans la brume.  C’est ce côté inclassable, qui surprend et charme. Continuer la lecture de Plus long le chat dans la brume

TAIPEI, Histoires au coin de la rue, l’envers du décor

Taïpei, c’est la capitale de la République de Chine, aussi appelée Taïwan. Avec 2,705 millions d’habitants, cette capitale politique, culturelle, économique est plus communément appelée Taîwan, du nom de l’île dont elle est la capitale. Taïpei, c’est une destination touristique, la ville aux 12 districts et notamment son mémorial Tchang Kaï-chek. Taïpei, c’est aussi la ville dont on célèbre l’ industrie particulièrement moderne,  surtout en électronique. Continuer la lecture de TAIPEI, Histoires au coin de la rue, l’envers du décor

ALBERS : LE CARRE PARADOXAL

S a manière évoqua celle des constructivistes, Tatline, Lissitzky, Malevich ou Rodchenko et leur tendance à la rectilinéarité. Le dépouillement des motifs fit qu’on l’opposa aux symphonies grandioses de Jackson Pollock ou Barnett Newman. Ses effets d’optique furent associés à ceux de l’Op’art et à Bridget Ryley.
De fait, Albers pratique la peinture en artiste médiéval et entretient avec elle un rapport dynamique éloigné de tout dogmatisme, dialoguant autant avec son public qu’avec ses élèves, dont certains devinrent à leur tour des figures de l’art américain du vingtième siècle.
Pédagogue autant que chercheur, il capte le regard dans un espace simple. Par des jeux successifs de substitution, il révèle l’interaction des formes et des couleurs, quitte à créer le vertige par la variation subtile des métamorphoses des proportions. Captivé Continuer la lecture de ALBERS : LE CARRE PARADOXAL

La percutante impertinence d’un citoyen engagé: L’ émule d’Emile

L’ émule d’ Emile est un ouvrage impertinent qui fait appel à la mémoire.  Le citoyen-lecteur  y est en effet  constamment soumis à un flux d’informations en provenance des médias, dans lesquelles les hommes politiques sont au premier rang et sur lesquelles Serge Petitdemange s’exprime avec pugnacité, puisqu’il nous transmet tous les courriers qu’il adresse aux plus hautes instances de la République pour témoigner de dysfonctionnements ou soumettre des voies de réformes. Un rythme intense et une dynamique ascendante dans le choix des sujets entraine dans les nombreux Continuer la lecture de La percutante impertinence d’un citoyen engagé: L’ émule d’Emile

Michel Vaillant, plus qu’ une aventure automobile

Avec  70 albums, Les Aventures de Michel Vaillant ont atteint un statut mythique dans le monde de la BD des  années 60. Pas évident de créer un héros même si son créateur, Jean Graton, y croit et affirme encore aujourd’hui « Michel Vaillant, je l’avais dans la plume ». La naissance du mythe fut accueillie avec la plus grande réserve par André Fernez, rédacteur en chef de Tintin:  » Votre pilote de course, il va tourner en rond sur un circuit pendant quelques albums, et après? ». Continuer la lecture de Michel Vaillant, plus qu’ une aventure automobile

Jean Cousin, le père du Classicisme français célébré par le Louvre

Il s’agit d’un double événement: d’une part la première monographie contemporaine éditée sur Jean Cousin peintre du XVI siècle – la dernière datait de 1870-,  d’autre part la plus exhaustive des expositions sur ce peintre qui est l’équivalent d’un Jean Fouquet au XVème ou d’un Nicolas Poussin au XVII siècle.

Continuer la lecture de Jean Cousin, le père du Classicisme français célébré par le Louvre

100 architectes réunis dans un livre

Cet ouvrage devrait s’imposer par la richesse de son iconographie comme un ouvrage de référence. Chaque créateur fait l’objet d’une illustration qui cumule photographies des réalisations, plan de masse, croquis, projets en trois dimensions et simulations virtuelles. Chaque introduction est rédigée par un spécialiste Continuer la lecture de 100 architectes réunis dans un livre