Et, quand la rentrée littéraire fait l’école buissonnière,

Et quand la rentrée fait l’école buissonnière, adieu éditeurs connus et auteurs médiatisés ou en voie de le devenir, sus aux parutions plus discrètes, voire quasi secrètes. Et pourtant quand la rentrée fait l’école buissonnière, elle découvre ou redécouvre aussi des auteurs et des romans.

Alors loin des sélections médiatisées voici deux oeuvres qui nous emmènent en Ukraine: Kobzar et Les Zaporogues. Des nouveautés? Pas du tout. Kobzar parut la première fois en 1840. Les Zaporogues furent écrits en 1873. Des romans alors?

En quelque sorte, malgré des structures et des écritures particulières.

Taras Chevtchenko, considéré comme le grand poète de langue ukrainienne livre dans ce recueil poétique une légende, celle d’un mystérieux barde itinérant. le kobzar. La tragique destinée de Kateryna, jeune fille ukrainienne séduite, puis abandonnée  déploie un lamento épique qui tisse un parallèle symbolique entre le destin de l’héroïne, celui du poète et  celui de l’Ukraine. Ce sont huit poèmes dont les thèmes se répondent et qui, bien que traduits en français dans cette édition, transmettent l’âme d’une époque et les attentes d’un peuple. Il y a dans ces vers à la fois un souffle épique, une sensibilité des images, et un travail du texte poétique qui rappelle le rythme si particulier des chansons de geste.médiévale.

Les Zaporogues, d’Ivan Netchouï-Levytsky, eux, se présentent comme un roman avec un héros Karpo Letioutchy. Karpo est pilote et son métier est de franchir les zaporogues, c’est  dire les rapides du Dniepr, le fleuve qui traverse toute l’Ukraine. Mais en ukrainien iles Zaporogues désignent aussi les cosaques zaporogues ou Zaporogues, ceux qui vivent derrière les rapides, un peuple libre. L’aventure de Karpo qui débute et semble s’achever dans le monde réel procède comme un conte, dans lequel le jeune héros, d’épreuve en épreuve, incarne le destin de son peuple.

Deux ouvrages fascinants, redécouverts hors des sentiers battus de la rentrée littéraire,  deux grandes aventures  où  se lient épopée, poésie et mythe. Deux oeuvres qui livrent, par delà l’histoire, l’âme d’un peuple, de ce peuple qui constitua le premier empire slave. Leur édition en français avec de nombreuses notes permet de comprendre la richesse historique et littéraire de ces ouvrages et de cette culture bien au-delà de leur siècle de création.  Dominique Grimardia

Kobzar, Taras Chevtchenko, et Les Zaporogues, Ivan Netchouï-Levytsky, Les Editions Bleu & Jaune

Les Zaporogues, Ivan Netchouï-Levytsky, Les Editions Bleu & Jaune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *